Priscilla folle du désert, la comédie musicale déjantée

0
Cela fait plusieurs semaines (oui c’est mal, mais je ne trouve le temps de rien) que j’ai été voir la comédie musicale « Priscilla folle du désert ». Eh oui, encore une à mon beau tableau de chasse ! 🙂 En même temps, pour être un jury intransigeant pour les Trophées de la Comédie Musicale, il fallait bien que je puisse faire des comparaisons des différents spectacles en lice, n’est-ce pas ? Et comme ce spectacle faisait partie des nominés, je n’avais vraiiiiiiiiiment pas le choix, comprenez-moi ! 🙂
Affiche du spectacle "Priscilla folle du désert"

Le résumé :

La plus extravagante des comédies musicales !

Adaptée du célèbre film australien du même nom, sorti en salles en 1994, prix du public à Cannes avant de recevoir l’Oscar des meilleurs costumes en 1995.
Sa bande son est la plus dansée de l’histoire, sur scène le défilé ininterrompu de chansons et de chorégraphies font de Priscilla la comédie musicale  » Feel good !  » par excellence.

C’est l’histoire tout aussi fantasque que le film, haute en couleurs, généreuse et drôle, de 3 amis qui s’apprêtent à traverser le désert Australien, de Sydney à Alice Springs, pour y présenter leur spectacle de Drag queen. Ils optent pour un bus qu’ils baptisent Priscilla pour le voyage de leur vie. Sur la route, ils ne trouvent pas que l’amour et l’amitié, mais bien plus que ce qu’ils n’auraient osé imaginer.

Un voyage rythmé par les plus grands tubes de la musique disco de tous les temps, de Tina Turner à Gloria Gaynor, d’Aretha Franklin à Earth, Wind & Fire, de Madona à Kylie Minogue, Cyndi Lauper…

Sur scène, une troupe de 30 artistes, 500 costumes excentriques, 200 perruques délirantes, un autobus totalement robotisé, une énorme production pilotée par une technique des plus complexe et sophistiquée.

Priscilla est un hommage à la Liberté et à la Tolérance.

Un seul mot d’ordre « I will survive ».

Mon avis :

Si j’avais déjà souvent entendu le nom du film « Priscilla folle du désert », je ne l’avais jamais vu pour autant. Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre. D’après le résumé du spectacle, j’imaginais un peu des tableaux transformistes dans le genre « Cabaret Michou », à la sauce disco.

Un début de spectacle « too much »

Bon, dans l’idée on n’en est pas loin (enfin, pas loin de ce que j’imagine car je n’ai jamais été chez Michou). Mais malgré cela, le début du spectacle a eu du mal à trouver grâce à mes yeux. Il faut dire qu’il y a une très grande interaction avec le public, qui peut déranger les grands timides. En soi c’est plutôt chouette de faire participer le public, mais commencer par là d’entrée de jeu, c’est peut-être un peu trop « rapide ». (C’est comme une première nuit avec quelqu’un. On est bien d’accord que sans préliminaires on est pas assez intimes pour être en confiance, hein ?) Donc voilà, au bout de 5 minutes de spectacle, j’avais déjà eu droit à un gros bisou dégoulinant de sueur, me laissant une belle trace de rouge à lèvres noir et des tas de paillettes sur la joue. Ah oui, ça situe bien l’ambiance tout de suite ! 🙂

J’ai aussi eu beaucoup de mal avec le côté « Cage aux folles » du début du spectacle. Alors oui d’accord, on parle de drag queen et d’homosexuels, mais mince, c’est tellement cliché !!!Puis une fois que l’histoire a commencé à se mettre en place, j’ai enfin commencé à trouver le spectacle sympa. J’avais besoin d’un fil conducteur pour connaître les personnages et m’y attacher. Le spectacle aurait très bien pu commencer sur le coup de fil reçu par Dick, pour moi tout ce qui est avant est « en trop ». D’ailleurs, dans le film, on voit très peu le cabaret au début de l’histoire.

Un spectacle fidèle au film

J’ai visionné le film après avoir vu le spectacle, pour me garder des surprises et ne pas essayer de m’accrocher coûte que coûte à ce que je connaissais, au risque d’être déçue. Eh bien pour les personnes qui connaissent déjà le film, il n’y a pas de déception à avoir.
L’esprit du film est bien présent, les scènes et répliques cultes également… Seul petit écart peut-être sur la fin, où le père prend le chemin du retour vers le cabaret avec son fils dans le film. Mais chuuuut, je ne vous dirai pas comment cela se termine ici.
Dans les scènes cultes, j’aurai peut-être juste rajouté quand Felicia se retrouve enfermée dehors, parce que son personnage parfois énervant le mérite bien. 🙂 Et le passage de la crotte d’Abba, il est tellement dingue qu’il méritait bien sa place.
Mis à part ces petits manques, le spectacle est vraiment fidèle au film, jusqu’aux costumes.

Des décors et costumes époustouflants

Tous ces costumes du film, je les ai donc découverts sur scène.
J’ai été bluffée par leur très grande diversité, leur folie (je meurs d’envie d’avoir une robe en tongs pour cet été !) et leur nombre ahurissant. Je crois bien ne jamais en avoir vu autant dans aucun spectacle. Chapeau aux artistes, pour qui cela doit être une course de tous les instants en coulisses pour se changer. Et bravo à Frédéric Olivier, le costumier, et Audrey Borca, la perruquière, pour leur travail de dingue sur ce spectacle !
Et que serait « Priscilla folle du désert » sans son fameux bus, autour duquel toute l’histoire s’articule ? Il est sur scène plus vrai que nature, avec ses roues en mouvement, avançant et se déplaçant au rythme de la projection de fond. Franchement, on se croirait vraiment sur la route, c’est super bien fait.
Et durant tout le spectacle, ce bus change de look, avec un tag qui se forme dessus, les comédiens qui le repeignent petit à petit… Je suis restée scotchée sur cette prouesse, cherchant comment cela fonctionnait? j’ai bien vu au-dessus des dalles lumineuses, mais je doute que ce soient elles qui permettaient cette transformation, car cela marchait aussi avec des comédiens juste devant. Un grand mystère que je n’ai pas résolu donc…

Des comédiens au top

Et bien sûr, ce spectacle ne serait rien sans ses comédiens.
Laurent Bàn (qu’on a pu connaître notamment grâce à son rôle principal dans Zorro, le musical) est un bon choix pour le rôle de Dick. Après avoir vu le film, je leur ai retrouvé un petit air de ressemblance dans le visage.
Jimmy Bourcereau (Flashdance the musical) dans le rôle de Bradley est complètement fou, mais donne une belle énergie au spectacle.
Alice Lyn, que j’ai découverte dans Avenue Q, retrouve ici un rôle d’asiatique hystérique. Il faut croire que cela lui colle à la peau.
Et celui qui pour moi est une grande révélation dans ce spectacle : David Alexis. J’ai eu l’occasion de le voir plusieurs fois sur scène (dans Avenue Q, Le bal des vampires ou encore La légende du roi Arthur), et honnêtement il ne m’avait jamais fait ni chaud ni froid. Dans son rôle de Bernadette, il m’a complètement subjuguée. Déjà, son grand écart vertical rendrait verte n’importe quelle fille (moi je n’ai jamais eu la souplesse pour en faire un seul au sol, même quand j’étais petite et que la prof de sport s’acharnait sur nous). Mais son interprétation du personnage est juste parfaite, gracieuse, féminine, et grave à la fois. je redécouvre complètement cet artiste, pour mon plus grand bonheur.
La troupe du spectacle "Priscilla folle du désert"
Priscilla folle du désert est une jolie histoire sur la tolérance, sur fond de chansons disco.
Il ne reste qu’une semaine pour découvrir ce spectacle sur scène, alors dépêchez-vous ! (Et pour ceux qui n’auraient pas le temps d’aller le découvrir, le spectacle revient pour quelques représentations en septembre.)
Priscilla folle du désert
Casino de Paris
16 rue de Clichy
75009 PARIS
Du jeudi au samedi à 20h et les dimanches à 18h, jusqu’au 9 juillet 2017, puis quelques représentations du 8 septembre au 17 octobre 2017

About Author

Trentenaire active dans la vraie vie, j'arrive (je ne sais comment) à jongler entre vie professionnelle, vie privée et loisirs. Je suis une touche-à-tout qui aime varier ses intérêts. C'est ainsi qu'est né ce blog, un melting-pot de tout ce que j'aime, car je ne peux me résoudre à choisir un thème plutôt qu'un autre : sorties, tourisme, musique, beauté... et tant d'autres choses que je vous invite à partager à mes côtés.

Laissez votre message après le bip sonore. Biiiiiiiiiip ! :)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Fermer