Jersey Boys, ou l’histoire de Frankie Valli & The Four Seasons

0
Vendredi soir, nous nous sommes décidés avec Le Ménager à aller découvrir la comédie musicale Jersey Boys, retraçant l’histoire de Frankie Valli et son groupe The Four Seasons. Je ne connaissais absolument pas ce groupe (en tout cas le nom ne me disait rien), mais un spectacle qui se joue à Broadway depuis 11 ans valait bien que je m’y intéresse !
Flyer du spectacle Jersey Boys

Le résumé :

Un magnifique voyage musical à travers les succès longuement entendus à travers les Charts du monde entier durant les années 50, 60 et 70 ! Découvrez la musique surprenante et la véritable histoire de l’Italo-Américain Frankie Valli et des Four Seasons qui, du haut de leurs vingt ans, ont écrit leurs propres chansons en créant leur son unique et ont vendu plus de 175 millions de disques à travers le monde !
Leurs hits ont été repris et interprétés par tant de grands artistes parmi lesquels The Temptation, Diana Ross & The Supreme, Muse, Killers, Mina, Gloria Gaynor et beaucoup d’autres ! Ce spectacle, créé à Broadway en 2005 (August Wilson Theatre, New York) et joué pendant 11 ans à New York, Londres et Las Vegas, a gagné 54 prix de renom dont le Laurence Olivier Awards – l’accréditation la plus prestigieuse pour un musical – et les célèbres Grammy Awards et Tony Awards – respectivement les Oscars de la musique et des musicals.
Un « Juke box Musical » comprenant les plus grandes hits des années 50, 60 et 70 parmi lesquels : Sherry, Big Girls Don’t Cry, Bye Bye Baby, Rag Doll, Beggin’, Let’s Hang Out, Can’t Take My Eyes Off Of You, Oh What A Night et beaucoup d’autres succès !
Spectacle musical en français.

Mon avis :

Il est à noter que les sacs à dos doivent être déposés au vestiaire dans cette salle (Le Ménager en avait un). Après avoir fait la queue pour rentrer dans la salle, on nous a demandé de l’y déposer (et nous délester au passage de 2€ – heureusement qu’on avait de la monnaie) et de revenir voir directement l’ouvreur. Ce qui nous a valu une superbe remarque de petite vieille outrée que celui-ci nous fasse entrer avant elle : « Ils sont handicapés ? » avec un air hautain pas possible. (Bordel, mais qu’est-ce que ça peut te foutre ? Si l’ouvreur vient nous voir directement de lui-même, c’est qu’il y a une bonne raison, non ? Est-ce que je te demande moi si tu retires ton dentier avant d’aller te coucher ? Grr ! ) Ils en ont du courage les ouvreurs à devoir répondre poliment à des énergumènes pareils. Moi je l’aurai bien envoyée bouler, la vioque !

Nous étions déjà venus dans la salle du Palace il y a quelques mois, pour voir Le Rouge et le noir. Eh bien cette salle est bien agréable quand on n’est pas au premier rang, à devoir se faire un torticolis. La vision de la scène y est très bonne de n’importe où, y compris sur les extrémités des rangées.

Le spectacle est joué par une troupe italienne, ce qui est très déstabilisant. Alors oui, cela apporte une touche d’authenticité au spectacle, Frankie Valli étant italo-américain. Mais côté compréhension, même si je dois bien avouer que leur français est très bon, c’est laborieux. J’ai eu beau me concentrer, je ne comprenais que 80% des mots à cause de l’accent italien très prononcé. Je n’ai donc tout simplement rien compris (ou presque, n’abusons pas non plus) à l’histoire du groupe.
Et je n’ai malheureusement pas beaucoup été aidée par le physique des personnages. Mis à part le personnage principal de Frankie, les autres se ressemblent assez (en tout cas de loin dans la salle). Même taille, même coiffure, même costume… Difficile de comprendre au final qui est qui.
La première partie est plutôt longue (1h20 sur 2h20 de spectacle). Elle raconte comment le groupe s’est formé et est donc moins ponctuée de chansons. Le pep’s n’arrive donc qu’en seconde partie, un peu trop tard pour remonter l’ambiance.
C’est dommage car si le nom des Four Seasons ne me disait absolument rien, j’ai pu constater que je connaissais quelques-un de leurs titres. Big girls don’t cry (qu’on retrouve dans le film Dirty Dancing), Beggin’ (dont on connaît surtout la version de Madcon), Can’t take my eyes off of you (repris par Gloria Gaynor)… Ces quelques chansons connues ont permis au public de se réveiller un peu, mais hélas pas assez.J’ai un peu de mal à imaginer ce spectacle primé plusieurs fois dans sa version originale. Il est probable que le style musical pas de mon époque et l’accent difficile à comprendre m’aient pas mal freinée pour avoir une bonne impression du spectacle malheureusement. Cela reste tout de même intéressant à aller voir pour s’ouvrir à des comédies musicales d’un style bien différent des spectacles contemporains.
Places de spectacle
Jersey Boys
Le Palace
8 rue du Faubourg Montmartre
75009 PARIS
Du jeudi au samedi à 20h30 et le dimanche à 16h, jusqu’au 26 mars 2017

About Author

Trentenaire active dans la vraie vie, j'arrive (je ne sais comment) à jongler entre vie professionnelle, vie privée et loisirs. Je suis une touche-à-tout qui aime varier ses intérêts. C'est ainsi qu'est né ce blog, un melting-pot de tout ce que j'aime, car je ne peux me résoudre à choisir un thème plutôt qu'un autre : sorties, tourisme, musique, beauté... et tant d'autres choses que je vous invite à partager à mes côtés.

Laissez votre message après le bip sonore. Biiiiiiiiiip ! :)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Fermer